Mille Et Un Maroc

Sbah lkhir

Classé dans : Non classé — 3 août 2015 @ 10 h 44 min

Ce matin en arrivant au travail, je croise mon grand père qui décide aujourd’hui de m’adresser la parole, je trouve ça plutôt étrange étant donner que ça doit faire deux semaines que l’on ne s’adresse plus la parole. Il me dit bonjour et me demande comment je vais, je lui répond poliment devant les autres personnes du bureau et la il me demande de le suivre. On arrive dans son bureau, la il me dit de m’asseoir. Je ne comprend absolument et je me dis, peut-être qu’il a compris qu’il s’était mal comporter avec moi qu’il veut sans doute s’excuser maintenant. Et la droit dans les yeux il me lance « Mr. …. a eu un problème de coeur assez important et a été transférer à l’hôpital militaire hier soir. Sur le coup je ne savais pas comment réagir, je ne mentirai pas la première émotion qui a pu me traverser a été la joie et directement après je me suis dis que c’était horrible de se réjouir de la mort de quelqu’un ou de sa maladie même si c’était lui. Puis je me suis dis qu’après tous ce qu’il avait fait c’était trop facile de mourir. La haine reprend vite le dessus.

Quand j’y repense plus calmement, je ne comprend pas pourquoi mon grand père m’a dit ça, est ce qu’il pensait que ça aller « me faire plaisir » de savoir qu’il allait mal ou quand j’analyse la situation de plus près, est ce que c’était pour me faire du mal encore, me dire que c’est un homme assez âgé qui se retrouve derrière les barreaux d’un prison, que la bas sa maladie n’est pas bien traité et qu’elle n’a fait qu’empirer. Mmmh, si il avait été clair et m’avait dis ça je lui aurais simplement répondu qu’il fallait qu’il y pense avant. Et puis dans sa lettre il l’a dit lui même, je n’étais pas la première ou la dernière. J’étais simplement celle qui a parlé pour les autres. Et puis qu’il soit mort ou vivant ça ne devrait rien changer pour moi je dois faire comme si il n’existait pas.

Mon grand père je lui en voudrais toute ma vie je pense, c’est bien de l’entendre dire toute votre enfance que vous êtes la préférée, la plus posée, gentille et dans la seconde ou on décide de s’ouvrir à lui de lui raconter la vérité qu’il vous traite de menteuse et prenne le parti de son ami. Dans le fond ce n’est pas si grave que ça, mon père m’a toujours appris qu’il ne fallait compter sur personne, que sur soi même dans les moments difficiles. Personne ne voudra sortir de sa zone de confort assez longtemps pour vous aidez à sortir de la votre.

On a peut être aussi un peu trop de fierté, mal placé comme dirait un ami. Il n’y a pas de mal à être fière de ce que l’on est. De cacher ces choses qui montrent que nous sommes faibles. Ou est le mal à vouloir épargner les autres? Quand c’est de trop grosses histoires.

Un jour peut être j’aurai le courage de dire toutes ces choses que j’ai gardé pour moi pendant des années et que je continue à garder jusqu’à aujourd’hui. Avec les rendez vous chez la psy je me sens un peu mieux il y a des jours ou je trouve que la vie ne pourrait pas être meilleure et d’autres ou je perds tout espoir jusqu’à toucher le fond. Au final la vie c’est ça elle est faite de haut et de bas. Mais à force de controler mes émotions de faire bonne figure devant ma famille mes amis je suis arrivée au point ou un rien me fait craquer. Me fait perdre mes moyens, ces moments ou je n’ai qu’une envie c’est de crier et pendant lesquels je me sens minable, oui minable c’est le mot. J’aurais voulu que les personnes qui y ont assister ne s’en souviennent plus. J’ai honte de moi c’est vrai, j’ai très souvent honte de moi.

Je me souviens encore de la première que j’ai eu une de ces crises de nerfs, je devais avoir 9 ans. Je jouais avec mes cousins et ils m’ont enlevé mon jouet des mains, je les ai regardés dans vraiment réagir, puis ils m’ont dit que j’avais été adopter, ça les faisaient rire. La je me suis levée et me suis mise à crier et à pleurer, je donnais des coups sur tous ce que je croisais … C’est comme si je revivais cette scène à chaque fois que ça me reprenait. Comment on fait pour guérir de ça ? Ca va faire onze ans que ça dure, je n’ai commencé à vouloir aller mieux que cette année. On efface pas 11 ans de peine en claquant dans doigts… C’est long et compliqué de s’en remettre. Mais je vais m’en remettre … je le sais.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

CGT BNP PARIBAS 33 |
CGT HOPITAL LIBOURNE |
Fossedesmariannes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etablissementlarochefoucauld
| Le defi de lili
| Agoodsweep