Mille Et Un Maroc

Retour

Classé dans : Non classé — 31 juillet 2015 @ 11 h 52 min

Ces trois derniers jours m’ont fait comprendre à quel point il était difficile de gérer un certains nombre de choses. Avoir trois enfants à gérer est bien plus compliquer que ce que je pouvais imaginer. Moi qui adorait les enfants maintenant je les apprécient de loin. Qu’on me confie la gestion de deux petites choses à l’entreprise pendant l’absence de mon père m’a fait réaliser que ce qui m’attendait était loin d’être simple. Avec ça une impression d’être mise à l’épreuve.

Mon père est rentré à la maison ce matin. Toujours aussi faible mais cette fois avec un nombre impressionnant de médicaments. Ma mère qui répète à côté que tous va bien, ce n’est rien de très inquiétant. Après tous ce que vous m’avez laisser à faire et gérer ces 3 derniers jours je pense que je suis assez « grande » pour connaitre et encaisser la vérité. Je ne me fais pas de soucis je sais que mon père, au moins, me dira la vérité. Qu’elle soit bonne ou mauvaise il n’y pas d’importance du moment que l’on est honnête.

On a ranger la chambre, préparer un lit avec une petite table à côté où tous ce dont il pourrait avoir besoin serait à proximité. Au moment ou il entre dans la chambre il se met à crier, il nous dit qu’il n’a pas besoin de tous ça, qu’il ne passera pas toute sa journée dans un lit à se morfondre et espérer aller mieux. Il avait envie de retourner à son travail de reprendre ses activités comme si rien ne c’était passer. Je comprend un peu mieux maintenant de qui je tiens tous ça… Et d’ailleurs je m’excuse encore une fois auprès de toutes les personnes qui ont du me supporter dans cet état de rage et de refus total.

Ma grand mère a toujours dit que dans notre famille, on était tous pareils, entêté courageux et même si on ne voulait jamais l’admettre beaucoup trop gentils avec les gens qui nous entoure, qu’on pardonnait facilement même si ça nous avait fait beaucoup de mal auparavant. Moi qui pensais être adopter …

Enfin… On est tous autour de mon père à lui sourire, faire comme il le souhaite, comme si il n’y avait rien mais on peut clairement voir dans nos yeux qu’on a peur pour lui, qu’on aimerait qu’il prenne son temps… Il est clair que c’est dur pour lui mais ça l’est aussi pour nous et ça le sera encore plus s’il devait partir…

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

CGT BNP PARIBAS 33 |
CGT HOPITAL LIBOURNE |
Fossedesmariannes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Etablissementlarochefoucauld
| Le defi de lili
| Agoodsweep